Vous avez dit Iceland Gull ? Petite histoire du nom anglais du Goéland arctique

D’où vient le nom anglais du Goéland arctique, Iceland Gull ? Cette épithète de localisation laisse croire que l’espèce est indigène à l’Islande, alors que nous savons qu’elle occupe l’Arctique et niche dans le grand Nord canadien et au Groenland.

Texte et recherche : Pierre André, avec la collaboration de Gaétan Duquette et Normand David
Photo : Luc Laberge

Quand nous regardons la liste des noms en différentes langues, les qualificatifs arctique, polaire et du Groenland sont nettement plus fréquents (Avibase). En Islande, il s’agit d’un visiteur hivernal qui accueillerait environ 10 % de la population (Birdsoftheworld.org). D’ailleurs, dès 1822, Faber écrit dans ses notes sur les oiseaux d’Islande, que cette espèce est présente sur ses côtes de septembre à avril. Alors, d’où peut bien venir ce nom anglais? Nous vous proposons un petit voyage dans le temps, mais avant, voici l’actuelle situation de cette espèce.

La situation aujourd’hui

L’American Ornithologists’ Union (AOU) regroupe sous le nom de Larus glaucoides Meyer, B. 1822, les sous-espèces Larus glaucoides glaucoides, L. glaucoides kumlieni et, depuis 2017, L. glaucoides thayeri. Par ailleurs, en 1922, l’AOU adoptait le nom de Larus glaucoides Meyer 1822 en remplacement de L. leucopterus Faber, en raison de la confusion causée par Vieillot qui utilisait ce nom comme synonyme de L. hyperboreus, le Goéland bourgmestre. Si Faber était le premier à avoir décrit cette espèce, Meyer en était le second, c’est ce que souligne B.C. Oberholser dans la publication faisant état de la Seventh Annual List of Proposed Changes in the A.O.U. Check-list of North American Birds (dans The Auk).

Iceland Gull – À la quête de l’origine 

En 1906, Dionne mentionne Larus leucopterus, Goéland à ailes blanches, Iceland Gull dans Les oiseaux de la province de Québec. En France, ce nom est toujours employé officiellement pour cette espèce (Faune de France).

En 1886, dans la première édition de The Code of Nomenclature and Check List of North American Birds, l’AOU répertorie L. leucopterus Faber (1822), dont le nom anglais est déjà Iceland Gull.

En 1835, dans American Birds, Audubon appelle le Goéland arctique, White-winged Silvery Gull. Son nom scientifique est alors L. leucopterus.

En 1823, dans un article intitulé, Notice of a Specimen of Larus eberneus, or Ivory Gull, Shot in Zetland; and further Remarks on the Iceland Gull (publié dans Memoirs of the Wernerian Natural History Society– Laurence Edmonston attribue le nom de L. Islandicus au Lesser Iceland Gull, en opposition au Goéland bourgmestre, Greater Iceland Gull. Il propose alors de transférer le nom de L. islandicus, qu’il avait d’abord attribué au bourgmestre, au plus petit, et donc à l’actuel G. arctique. Il justifie ce changement en raison du fait que les pêcheurs au large des îles Shetland (Zetland), appartenant à l’Écosse et située à environ 800 km au large de l’Islande, attribuaient eux-mêmes ce nom à cette espèce.

En 1822, Friedrich Faber, dans ses notes préliminaires sur les oiseaux d’Islande, Prodromus der islaendischen ornithologie oder geschichte der vögel Islands, fut le premier à décrire L. leucopterus. (p. 91). Cette même année, Bernhard Meyer fut le second à le décrire. Tous les deux ont publié en allemand, sans mention du nom anglais.

Enfin, en 1804, l’espèce est absente du livre intitulé, History of British Birds (vol. 2) de T. Bewick.

Et l’origine probable est…

Ainsi, il est probable que le nom de Iceland Gull vienne des pêcheurs au large des côtes des îles Shetland et de l’Islande, un nom qu’ils conféraient, selon Laurence Edmonston, à cette espèce plus petite que le Goéland argenté, au cri typique, au vol caractéristique et qui n’était pas farouche. Ce nom serait antérieur à 1823, année où il fut consacré, en latin, Larus islandicus par Edmonston. Par ailleurs, la première mention de cette espèce, nommée alors L. leucopterus – sans référence au nom anglais – apparait en 1822 dans la liste des oiseaux d’Islande de Friedrich Faber. Les noms de L. islandicus comme L. leucopterus sont tous les deux disparus au profit de L. glaucoides. Si les noms scientifiques évoluent avec les analyses et les découvertes taxonomiques, les noms communs eux semblent bien plus résister au changement.